SOA Architectes Paris SOA Architectes Paris

SOA

école des bateliers

2013

Programme

Groupe scolaire de 15 classes et centre de loisirs

LIEU
ZAC des Docks, Saint-Ouen (93)

MOA
Séquano Aménagement

EQUIPE
Berim (BET TCE), Orféa (Acoustique), Albert DUPONT (Artiste intervenant)

BUDGET
10,3 M€HT

SDP
3 075 m²

STATUT
Concours sur esquisse

PDF

Le quartier des Docks de Saint-Ouen se construit sur des oppositions fortes : les traces de l’ancien et le neuf, la densité des îlots et le vide du parc, l’industriel et le domestique.
Mais il en est une, plus subtile, qui caractérise particulièrement ce grand projet : la distinction entre la posture des logements, hauts, denses déployant un arsenal diversifié de dispositifs et de formes, et la respiration qui règne autour des équipements collectifs, à l’instar du château, simple et identifiable. Cette marque d’attention peut facilement raisonner à l’échelle urbaine.

Le groupe scolaire des Bateliers se compose de trois entités construites que sont le bâtiment école en limite nord, le centre de loisirs à l’est et la restauration à l’ouest. Deux aires de jeu et une « rue plantée » les unissent subtilement et permettent d’organiser la richesse programmatique du projet.
De part et d’autre de la parcelle, un volume vient poursuivre la masse minérale de son voisin en opérant un léger retrait. Le bâti, qui s’inscrira dans une poursuite de matériaux (brique/béton - rouge/gris foncé) s’étiole et évolue comme un rocher auquel se mêle la végétation.
Le retrait invite progressivement un jardin, horizontal et vertical, qui pénètre au cœur de l’îlot. Ces deux bâtiments (un le centre de loisirs, l’autre la cantine) achèvent de former l’ilot, offrant entre eux et l’école une traversée visuelle. Avec un prospect de ruelle, cette percée est une invitation vers le cœur du groupe scolaire et son jardin avec une mise en scène urbaine de l’école comme un temple de connaissances.
Fort de ces quatre façades, l’école s’inscrit dans une pensée poétique. Elle développe son propre récit et sa matérialité lui est unique. Du temple grec elle réinvente la frise ; du shinto, la simplicité d’un assemblage unique, mariant une ossature de bois qui tend une membrane blanche. Sur cet assemblage de lignes régulières, un grand artiste lettriste est venu rappeler la poésie combinatoire des lettres, des signes et des mots qui s’assemblement pour former la pensée.

Documents de recherche

« SIGNAL-ETHIQUE »
(s’) Instruire c’est (se) construire à l’école du (gai) Savoir
«…avec des craies de toutes les couleurs, il écrit le visage du bonheur. »
(J. Prévert)

La culture élève les élèves
Civisme n’est pas suivisme si toi-honnêteté
Le poète ne peut pas être hors de la cité
L’accès à l’éducation en droit de cité
Savoir c’est ça-voir et s’avoir : Temple du ça-voir
Pour Etre un Etre, Naître et ren’Etre
En liber-T, égali-T, fraterni-T (les 3 T !)

FR / EN