SOA Architectes Paris SOA Architectes Paris

SOA

ZAC CARDINET CHALABRE

2010

Programme

112 logements, bureaux, jardin d’hiver et parking déterré permettant d’accueillir différentes activités (ateliers, salle polyvalente...)

LIEU
ZAC Cardinet Chalabre Paris XVII

MOA
Vinci Immobilier

EQUIPE
Inddigo (HQE), Igrec (BET)

AMENAGEUR
SEMAVIP

SDP
Logements 7 880m², Bureaux 880m²

STATUT
Concours sur esquisse

PDF

Tout bâtiment de forme rectangulaire produit un écran visuellement plus important lorsqu’il est disposé horizontalement plutôt que verticalement. Les contours du volume, c’est-à-dire son rapport au sol et au ciel, semblent s’allonger sans fin et sans raison, tandis que la grande majorité des édifices s’érigent vers le ciel comme un défi aux lois de la gravité.
En revanche, le rectangle couché produit un effet d’inertie monumentale, autant d’énergie qu’il faut savoir libérer et transmettre à son environnement.

Il faut ici non seulement dévoiler l’élégance de la masse, créer des logements de grande qualité, mais donner à cet édifice une existence collective dynamique.

Le corps du bâtiment est constitué d’un volume elliptique sculpté par de grandes failles habitées divisant la masse et enveloppé par une peau tramée filtrant la lumière et la vue.

Chaque extrémité du bâtiment prend une forme elliptique autour de la¬quelle s’enveloppe la seconde peau. Ce traitement volumétrique offre un contraste en sa douceur et la fragmentation verticale acérée des vo¬lumes. Failles et retraits irréguliers viennent creuser la surface pour y accueillir les terrasses et les loggias liées au séjour.
Ce voile régulier, gouverné par des montants verticaux assemblés à des terrasses filantes rapportées, créé un jeu d’opposition entre surface et profondeur, régularité et particularité, individualité et collectivité.
La partie haute du bâtiment intensifie tout le dispositif.
Les failles creusent la masse jusqu’à la traverser et former des maisons dans le ciel. Des jardins prennent place et s’infiltrent dans les creux pour aboutir en toiture.
Ce skyline fragmenté est associé à la seconde peau qui passe progressi¬vement de sa fonction de filtre à un dispositif de nef solaire aux allures de serre botanique.

Aménagé sur deux niveaux en sous-sol, le parking se donne à voir de l’extérieur et depuis les sas menant aux halls, comme une vaste extension visuelle des entrées.
Il est proposé de réfléchir à l’évolutivité de ce dispositif. Le vide sur le parking depuis le rez-de-chaussée est pensé en vue de mutations futures. La place de la voiture, son encombrement et ses effluents sont en constante évolution. Beaucoup envisagent même sa disparition en ville.
De nombreux programmes pourront y être envisagés, tels que des bureaux, des commerces, des locaux d’activités. Nous avons plus particulièrement conçu cet espace comme un lieu collectif pour les habitants. Ateliers de bricolage privatifs ou mutualisés, cabane du fond du jardin, pratiques sportives indoor mais aussi banquets, salle de fête ou de concertation, réunions d’associations, de propriétaires, etc.
Il est juste aujourd’hui de penser une architecture évolutive.

FR / EN